Présentation

De la seconde à la terminale, l'enseignement de cinéma-audiovisuel engage l'élève dans une démarche de découverte d'une pratique et d'une culture cinématographiques et audiovisuelles. À travers des œuvres diverses (patrimoniales et contemporaines, françaises et étrangères), inscrites dans des genres et des systèmes de production variés, il met en lumière la manière dont le langage du cinéma et de l'audiovisuel interroge les grandes questions de son temps. Invitant l'élève à devenir un spectateur conscient et actif, puis un créateur, il lui permet d'appréhender, tant pratiquement que théoriquement, les effets de sens à l'œuvre dans la création cinématographique et audiovisuelle et de développer un regard critique, dans une perspective de formation générale, humaniste et civique.

Favorisant l'apprentissage personnel de l'élève, développant son autonomie, cet enseignement lui offre l'occasion de construire son regard, d'affirmer et de défendre ses goûts, de réfléchir à sa place de spectateur et d'apprécier par lui-même l'usage et la valeur des images dans la société contemporaine.

L'enseignement de cinéma-audiovisuel explore les aspects artistiques, culturels, techniques et économiques des champs concernés, en mettant en évidence l'importance et la diversité des modes de production et de diffusion. Il repose sur l'articulation entre une approche pratique et créative et une approche culturelle.

Modalités

L'enseignement est assuré par une équipe associant des enseignants aux compétences reconnues en cinéma-audiovisuel et plusieurs partenaires culturels et professionnels : l'association D'Asques et D'Ailleurs et le cinéma UGC Ciné Cité Bordeaux.

Le travail de formation du spectateur de cinéma nécessitant la fréquentation des œuvres, une participation financière est demandée aux familles. Celle-ci est fixée par le conseil d'administration du lycée.

Au-delà de la seconde, tout élève peut suivre un enseignement de cinéma-audiovisuel, sans prérequis défini. Au lycée Montesquieu, deux parcours de formation dont le cumul est possible sont proposés : l'enseignement optionnel et l'enseignement de spécialité.

Candidature

  • Pour les collégiens du secteur, une fiche de candidature est adressée aux collèges par le lycée Montesquieu et doit être retournée par les collèges début mai.
  • Les collégiens hors secteur doivent remplir une fiche de candidature (cliquer sur le lien pour télécharger le document à compléter) et la retourner début mai. Ils doivent également effectuer par l'intermédiaire de leur collège, une demande de dérogation à la carte scolaire (“parcours scolaire particulier”). Le fait de voir sa candidature retenue pour la section européenne par le lycée n'entraîne pas une autorisation de dérogation automatique. Les deux conditions doivent être réunies pour les élèves hors secteur.

À la réception des imprimés de candidature, une commission établit un ordre de classement des dossiers. Sous réserve d'affectation au lycée Montesquieu par la direction des services départementaux, les dossiers retenus sont inscrits en section artistique cinéma-audiovisuel. Une liste complémentaire sera constituée à l'issue de cette procédure.

Places d'internat

Le lycée Saint-Louis, situé rue Jean Hameau à Bordeaux (05 56 69 35 95), réserve une dizaine de places d'internat, en chambres de trois places, aux élèves hors du secteur scolaire inscrits au lycée Montesquieu et ayant pu intégrer exceptionnellement dans leur parcours scolaire un enseignement spécifique (cinéma-audiovisuel ou théâtre). L'internat accueille les élèves du lundi soir au vendredi matin à l'exclusion des vacances et week-ends. Pour les cas spécifiques un hébergement est prévu le dimanche soir. Tous les lycéens ont le droit de quitter l'établissement pendant la journée quand ils n'ont pas cours. Par contre, les internes doivent obligatoirement être présents au dortoir dès l’appel de 18 h (18 h 30 le mercredi).

 Pour obtenir davantage d'informations sur l'internat du lycée Saint-Louis :

  • Téléphone : 05 56 69 26 48 (à partir de 18 h)
  • Site internet : www.lyceesaintlouis.fr
  • Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Enseignement optionnel

Classe de seconde

Les apprentissages sont centrés sur l'expérience de spectateur et sur quelques moyens simples (techniques, poétiques et artistiques, professionnels) propres à la création cinématographique et audiovisuelle. L'élève entre progressivement dans la découverte d'un langage par la caractérisation et la mise à distance de ses émotions, l'analyse des procédés spécifiques qui les suscitent, la compréhension de la notion d'écriture en images et en sons, et l'identification des métiers et des gestes professionnels qui les rendent possibles. À la fin de la classe de seconde, il est capable de rapporter ses émotions de spectateur à la chaîne des moyens cinématographiques divers qui les font naître. Réciproquement, il opère dans sa pratique quelques choix simples (notamment au niveau de l'écriture d'un plan ou d'un personnage de cinéma) pour produire, de manière délibérée, de telles émotions sur un public.

L'enseignement s'organise en un parcours théorique et pratique autour des cinq thématiques suivantes, dont l'actualisation et l'agencement sont laissés à l'appréciation du professeur, en fonction des projets menés, du partenariat et des ressources locales :

  • rire, pleurer, avoir peur au cinéma ;
  • le personnage de cinéma ;
  • l'écriture du plan ;
  • trucages et effets spéciaux, de Méliès à la 3D ;
  • les métiers du cinéma : de la fabrication à la diffusion d'un film.

Classe de première

Les apprentissages s'organisent autour de la réflexion sur les mutations des écritures cinématographiques et audiovisuelles, et plus particulièrement celles liées à la fiction et aux récits. Quelle diversité de formes et quels pouvoirs spécifiques de représentation revêtent-elles selon les modes de production et de diffusion dont elles dépendent ? À quel type de réception et de consommation culturelles donnent-elles naissance ? Comment, à travers leur plasticité, la création s'affirme-t-elle ? L'élève redécouvre les principales notions étudiées en classe de seconde (l'écriture du plan, des personnages, leurs effets sur le public). Il les prolonge en appréhendant les liens dynamiques qui se développent entre les formes d'écritures de la fiction et des récits en images et en sons, les traditions cinématographiques et artistiques dans lesquelles elles s'inscrivent, les possibilités offertes par les nouvelles écritures audiovisuelles (séries, jeux vidéo, écritures web, etc.) et les réactions du public. À la fin de la classe de première, il est capable d'analyser et de mettre en perspective les grands choix qui président à la création d'une fiction et d'un récit. Il perçoit par quelles étapes, selon quelles logiques, se constituent des cultures cinématographiques. Il peut nourrir de ces réflexions sa propre pratique artistique pour développer une démarche d'écriture personnelle et commencer à expérimenter des choix de programmation culturelle.

L'enseignement s'organise en un parcours théorique et pratique autour des trois questionnements suivants, dont l'actualisation et l'agencement sont laissés à l'appréciation du professeur, en fonction des projets menés, du partenariat et des ressources locales :

  • cinéphilies et programmation ;
  • fiction et récits ;
  • cinéma et nouvelles écritures.

Classe de terminale

À venir.

Enseignement de spécialité

Classe de première

Les apprentissages s'organisent autour de la réflexion sur la spécificité d'un geste de créateur dans des contextes variés de production du cinéma et de l'audiovisuel. Comment peut-on être auteur ? Qui est l'auteur véritable d'une œuvre réalisée collectivement ? Peut-on s'affirmer comme artiste compte tenu des contraintes techniques et économiques de son époque ? Dans la tension avec les normes culturelles ? L'élève redécouvre les principales notions qui ont pu être abordées en seconde (l'écriture du plan, des personnages, les techniques d'effets spéciaux, etc.). Il les approfondit cette année en étudiant les interactions dynamiques qui se développent à une époque donnée entre les genres cinématographiques, l'état des techniques, le système de production et la construction d'un point de vue. À la fin de la classe de première, il est capable d'analyser et de mettre en perspective les grands choix qui président à la création d'une œuvre cinématographique en lien avec son contexte de production et les réalités de son époque (techniques, culturelles, etc.). Il peut ainsi nourrir de cette réflexion sa propre pratique, tant sous l'angle artistique que technique, pour développer une démarche d'écriture personnelle et commencer à prendre conscience des enjeux économiques.

L'enseignement s'organise en un parcours théorique et pratique autour des quatre questionnements suivants, dont l'actualisation et l'agencement sont laissés à l'appréciation du professeur, en fonction des projets menés, du partenariat et des ressources locales :

  • les genres cinématographiques, de la production à la réception ;
  • être auteur, de l'écriture de scénario au final cut ;
  • une technique dans son histoire ;
  • les studios.

Classe de terminale

À venir.