Cet indicateur évalue, pour un élève de première année de baccalauréat professionnel ou de seconde, la probabilité qu'il obtienne le baccalauréat à l'issue d'une scolarité entièrement effectuée dans le lycée, quel que soit le nombre d'années nécessaire. Cet indicateur prend en compte l'ensemble de la scolarité dans le lycée et compte au crédit de celui-ci les élèves qui sont susceptibles d'y effectuer une scolarité complète couronnée de succès, même si cette scolarité comprend un ou plusieurs redoublements. En revanche, les élèves qui ont dû quitter le lycée, soit parce que celui-ci n'offre pas la section qu'ils souhaitent préparer, soit parce qu'ils ont été orientés par l'établissement vers une section d'un autre lycée, ou, simplement, parce qu'ils ont déménagé, sont considérés, du point de vue de l'indicateur, comme des élèves que le lycée n'a pas su, ou n'a pas voulu, ou n'a pas pu conduire au baccalauréat.

Le taux d'accès apparaît donc beaucoup plus pertinent que le taux de réussite au baccalauréat pour apprécier l'efficacité globale d'un lycée. Cependant, ce taux peut évoluer en fonction de facteurs pour lesquels le lycée n'a que peu ou pas de prise et qui ne relèvent donc pas, à proprement parler, de son efficacité. Ainsi, un lycée qui propose toutes les sections du baccalauréat et qui est relativement isolé, a, toutes choses égales par ailleurs, plus d'atouts pour garder ses élèves jusqu’en terminale (et jusqu'à l'obtention d'un baccalauréat) qu'un lycée que de nombreux élèves quittent en cours de cycle parce qu'ils n'y trouvent pas la section souhaitée ou parce qu'il est implanté dans une zone où la concurrence d'autres établissements est très forte. Ces éléments ont conduit le ministère à fournir le taux d'accès de la première au baccalauréat, qui permet de nuancer l'appréciation relative portée sur un lycée qui prépare à un éventail restreint de séries du baccalauréat à l'issue de la classe de seconde.

La prise en compte de la structure pédagogique du lycée permet d'atténuer les questions d'interprétation liées aux différences d'offres de formation entre lycées.

Indicateur 2017 Seconde Première Terminale
Effectifs à la rentrée 2017 400 369 390
Taux constaté 1 72 % 88 % 93 %
Taux attendu 2 71 % 91 % 95 %
Valeur ajoutée 3 + 1 - 3 - 2

1. Les taux constatés révèlent la valeur observée d'un indicateur sur une population donnée (établissement, académie, France entière).
2. Les taux attendus estiment la valeur qu'un indicateur prendrait si, en moyenne, les élèves du lycée réussissaient au baccalauréat ou y accédaient comme tous les élèves de mêmes âge et origine sociale, sexe et niveau scolaire (ce dernier paramètre n'est pas retenu pour les lycées professionnels) et scolarisés dans des établissements comparables en terme de population accueillie (âge, sexe, origine sociale). Le taux d'accès attendu base France tient compte, en outre, de la structure pédagogique du lycée.
3. Elle est mesurée en comparant des taux constatés à des taux attendus. Si, pour un indicateur, l'écart entre taux constaté et taux attendu est positif (taux constaté supérieur au taux attendu), on peut penser que, du point de vue apprécié par cet indicateur, le lycée apporte plus à ses élèves que l'établissement moyen.

Conclusion

• Un élève qui est entré en seconde au lycée Montesquieu a eu 72 % de chances d'obtenir le baccalauréat dans l'établissement. Le taux d'accès attendu est de 71 % par rapport aux établissements comparables au plan national.
• Le taux d'accès de la seconde au baccalauréat du lycée Montesquieu est supérieur de 1 point au taux attendu en référence nationale (valeur ajoutée).